Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/305

Cette page a été validée par deux contributeurs.
305
Les aventures de Perrine et de Charlot

sipi vers 1634 ; et découvrit le lac Michigan. » Demande lui-même son rappel « inquiet, disent les Relations, pour le salut de son âme. » Se fixe aux Trois-Rivières (1635). Épousa le 22 octobre 1637, Marguerite, fille de Guillaume Couillard et de Guillemette Hébert. Une fille, Marguerite, naquit de cette union le 1er avril 1642. Mort durant l’été de 1642, victime de son dévouement pour un sauvage ami, tombé entre les mains des Iroquois. Voici ce que dit de Jean Nicolet la Relation de 1637 : « Il aidait beaucoup, autant que sa charge le permettait à la conversion de ces peuples, qu’il savait manier et tourner avec une grande dextérité, qui a peine à trouver son pareil. »

Olivier. — Négrillon. « Des Anglais l’avaient amené de l’Île de Madagascar, puis donné aux Kertk. Un de ceux-ci le vendit cinquante écus à un nommé le Bailly, qui en a fait présent à la famille de Louis Hébert. »

Potel (Jacqueline). — Femme de Jean Bourdon. Mourut accidentellement le 11 septembre 1654.

Poutrel du Colombier (Jean). — Vint au Canada en 1636, avec sa femme, Madeleine Le Neuf, et son fils, Guy.

Prince (Famille). — Hurons convertis.

Quen (Le père Jean de). — Jésuite, missionnaire. Vint au Canada en 1635. Découvrit en 1647 le lac Saint-Jean que traverse le Saguenay. Supérieur des missions de la Nouvelle-France en 1652. Mort à Québec en 1659, victime de son dévouement durant une épidémie.

Quentin (Le père). — Jésuite, missionnaire.

Richelieu (Armand-Jean du Plessis, cardinal, duc de). — Ministre de Louis XIII. Un des plus grands hommes d’État qu’eut la France. Organi-