Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.
30
Les aventures de Perrine et de Charlot


charlot

Oui ? Mais prends-moi sur tes genoux, petite sœur. Tu pourras ainsi me parler bas, car les choses graves, ça se dit à l’oreille, n’est-ce pas ?

Et Charlot baisse lui-même la voix, tout en se blottissant, comme un chat frileux et caressant, contre sa sœur.


perrine

Charlot, nous n’irons pas chez la tante Claudine. Nous n’irons jamais, jamais, tu m’entends ?


charlot

Non ?


perrine

Non. Elle n’aime pas les petits enfants, vois-tu. Elle serait fort méchante et nous serions malheureux.


charlot

Mais comment tu feras, Perrine ?


perrine, mystérieuse.

Je sais. Maman me l’a appris cette nuit.


charlot, tressautant.

Tu as vu notre maman, et tu ne m’as pas éveillé. Oh ! Perrine, que c’est vilain !


perrine

Je l’ai vue en rêve, mon chéri. Mais tu es si petit, tu ne peux comprendre.


charlot

Si, je comprends bien. Et qu’est-ce qu’elle t’a dit notre maman si triste ?


perrine

Elle m’a recommandé de me rendre très loin, où il n’y a pas de tante Claudine. Au Canada,