Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/292

Cette page a été validée par deux contributeurs.
292
289
Les aventures de Perrine et de Charlot

ment, Madame, doucement, je vous prie. » Perrine se lève. Elle s’alarme.


perrine

Qu’y a-t-il donc, Madame Le Gardeur ? Pourquoi tremblez-vous ainsi ?… M. l’abbé ?…


l’abbé de saint-sauveur

Un grand événement se produit, ma petite enfant ! Tu ne peux te douter de notre bonheur à tous. Ah ! Perrine, ma mignonne Perrine, fais une provision de forces.


perrine

Un grand événement !

(Surprise.)

Mais, je le sais, M. l’abbé. Ces bonnes religieuses demeureront parmi nous.


l’abbé de saint-sauveur, sa voix éclate joyeusement.

Oh ! petite, c’est mieux que cela, va, bien mieux. La Providence, tu m’entends, la Providence, exauce tes prières, le grand, l’unique désir de ton cœur.


perrine, de plus en plus surprise.

La Providence !… Le désir de mon cœur !

(Hochant la tête.)

Je n’ai qu’un désir, vous le savez, M. l’abbé… Ah !

(Se redressant, haletante, à la vue des figures qui la regardent avec une étrange et joyeuse fixité.)

Est-ce que, M. l’abbé, Madame Le Gardeur,… à vous voir si heureux… est-ce que je pourrais croire que…


catherine de cordé, l’attirant.

Oui, Perrine, ma chère petite Perrine, tu peux le croire, viens près de moi, sur mon cœur, puis tourne la tête, à droite…