Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/290

Cette page a été validée par deux contributeurs.
290
289
Les aventures de Perrine et de Charlot

demain par le bruit du canon, des cloches, que sais-je encore !…


Mme bourdon

Comment, réveillées ! La plaisante ironie, Jean ! Mais nous serons toutes là, près de vous. Qu’en dites-vous, Mme Le Gardeur ?


catherine de cordé

Certainement. Ma belle-fille et mes petites-filles vous accompagneront. Moi,

(elle tapote avec affection la joue de Perrine.)
je me réjouirai de loin avec notre petite malade.

olivier le tardif, vivement.

Si je l’entraînais à la fête, dans mes bras ?


jean bourdon, s’amusant.

M. de Montmagny ne goûtera guère votre rôle d’infirmier, Olivier. Il lui préférera le soldat, allez.


catherine de cordé

Perrine et moi vous remercions de votre pensée délicate, M. Olivier.

Perrine a saisi la main d’Olivier Le Tardif. Elle la garde serrée dans la sienne.

Bientôt les uns et les autres se dispersent. Les figures sont rayonnantes de la joie qu’ils anticipent pour le lendemain.

Dès sept heures, le matin du 1er août 1639, Québec n’est qu’une rumeur. Le clairon se fait entendre, le cloches sonnent à la volée de quart d’heure en quart d’heure, le canon tonne. Autour de la maison des Repentigny, c’est un va et vient incessant, un bruit de voix joyeuses. On signale bientôt une barque de pêche qui s’avance lentement, voiles déployées. Ce sont les voyageurs et les voyageuses attendus. « Une chaloupe tapissée et munie de rafraîchissements est envoyée par M.