Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.
29
Les aventures de Perrine et de Charlot

Mais soudain : « Perrine, » fait une voix flutée, un peu pâteuse. La petite sœur accourt près du lit.


charlot

Embrasse-moi, Perrine. Et tu m’habilleras vite, dis, j’ai faim.


perrine

Oui, oui.


charlot, surpris.

Oh ! Perrine, tu mets ce bas à l’envers !


perrine

C’est vrai. Allons, je recommence.


charlot

Tu as encore ta longue, longue figure, Perrine. Pourquoi ? Charlot n’aime pas cela. Tu n’es plus ma belle Perrine, alors.


perrine, souriant.

Moi, je t’aime toujours. Même lorsque tu boudes.


charlot, se redressant.

Mais je ne boude plus jamais, tu le sais bien. Je suis sage, un « petit homme» a dit le récollet, hier.

Les enfants se mettent à table. L’appétit est excellent de part et d’autre. L’humeur de Charlot est comme le ciel du printemps, radieuse et claire. Enfin Perrine se lève. Aidée de Charlot, elle range tout dans la maison. Puis elle s’asseoit dans le grand fauteuil de sa mère, et attire le petit garçon près d’elle.


perrine

Écoute, Charlot, je veux t’apprendre quelque chose de grave.