Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/283

Cette page a été validée par deux contributeurs.
283
Les aventures de Perrine et de Charlot

n’est-ce pas ? Maman chérie, emmenez-moi vite là-haut, près de vous et de Charlot.


Mme de repentigny, plus fermement encore.

Non, ma petite fille, il faut vivre, vivre. Charlot, tu entends,

(elle scande ses mots.)
Charlot n’est pas mort.

perrine, après un silence et posant sa main sur celle de Mme de Repentigny.

Vous dites, maman bien aimée ?


Mme de repentigny, lentement.

Je dis que Charlot est vivant, ma Perrine.


perrine, sa main se crispe.

Vivant, Charlot ?


Mme de repentigny

Oui, mon ange.


perrine

Je vais le revoir, maman ?

(Elle se soulève, anxieuse.)

Mme de repentigny

Bientôt.


perrine

Oh ! le grand bonheur ! Revoir mon petit frère chéri !

(Puis elle se rejette en arrière, ses yeux se ferment, sa tête tourne à droite et à gauche.)

Je suis lasse… je suis lasse, petite mère !… Je voudrais dormir… longtemps… Ainsi ! Vous près de moi !


Mme de repentigny, baisant la petite au front.

Dors, mon cœur. Je ne te quitte jamais, ne le sais-tu pas ? Dors, mon trésor, mon aimée, dors.