Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/278

Cette page a été validée par deux contributeurs.
278
Les aventures de Perrine et de Charlot


le docteur

Bien. Ne vous alarmez pas, ma belle enfant. Cette inconscience était à prévoir. La fièvre de l’enfant est très forte.


marie-madeleine de repentigny

Mon Dieu, mon Dieu, quelle tristesse, M. le docteur ! La pauvre petite, depuis deux ans, a déjà assez souffert, il me semble. Car je ne crois pas, malgré tous les soins qu’elle ait mis à nous le cacher, qu’elle ait joué ou ri de bon cœur une seule fois depuis l’enlèvement de Charlot. Toujours, allez, on sent qu’elle pleure son frère.


le docteur

Tout juste, Mademoiselle. Sa peine l’a trop obsédée. À la combattre, ses forces se sont épuisées.

(Entre les dents.)

Elle pourrait bien en mourir, que diable !

(Tous deux franchssent le seuil de la maison, baissant aussitôt la voix.)

marie-madeleine de repentigny, se rapprochant.

Vous dites, Monsieur ?


le docteur

Rien, rien, mon enfant. J’ai la détestable manie de maugréer tout bas contre mon ennemie, la maladie.


marie-madeleine de repentigny

Bien…

(Ouvrant une porte à droite du grand corridor.)

Grand’mère est dans son petit salon, M. le docteur. Elle ne le quitte pas depuis le matin. Vous savez qu’il donne sur la chambre de Perrine.

(S’effaçant.)

À tout à l’heure, Monsieur. Je vous reconduirai.