Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/266

Cette page a été validée par deux contributeurs.
266
Les aventures de Perrine et de Charlot

(Charlot effleure d’une nouvelle caresse la tête blanche du matelot)

il a les cheveux tout blancs, mon Julien.
(Il se penche de nouveau.)

Oh ! Julien, Julien, tu ne m’entends donc pas ? c’est Charlot. Regarde-moi !

(S’effrayant tout à coup il s’adresse à la bonne hôtesse.)
« Cousine, il ne va pas mourir, dites ? » Et n’y tenant plus, l’enfant se met à sangloter douloureusement, entourant de ses bras le corps inerte du matelot.

la bonne hôtesse, le secouant un peu.

Non, non, mon enfant, il ne mourra pas. Ne gémis pas ainsi. Vois quels soins lui prodiguent ses compagnons ! Il n’est qu’évanoui.


un matelot, très ému, et regardant Charlot.

Mon beau petit monsieur, c’est-il vous qui êtes Charlot ? Ah ! ce que le pauvre vieux qui est là, quasi-mort, vous aime. En a-t-il versé des larmes sur vous ! Encore hier ! Par exemple, il s’afflige la nuit. Le jour, dur à l’ouvrage, il travaille comme quatre et n’ouvre jamais la bouche. Ah !… mon petit homme, patience, il revient à lui !

Julien a un long frémissement. Un peu de sang remonte à ses joues. Il ouvre les yeux. Haletant, Charlot guette son regard. Il glisse insouciant sur tous les assistants. Tout à coup une petite main tourne doucement le visage du matelot. Et… Julien revoit Charlot. Oui, ce sont les yeux de Charlot, ses yeux aimants, fous de joie en ce moment, qui le regardent. En un geste vif, le matelot attire l’enfant sur sa poitrine : « Charlot… toi,… toi,… ! » murmure-t-il. Puis le silence se fait. Personne ne bouge. Des larmes sont dans tous les yeux. Une voix chaude et gra-