Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/260

Cette page a été validée par deux contributeurs.
260
Les aventures de Perrine et de Charlot

malles. Il fredonne, ses petites mains enfoncées dans ses poches. S’apercevant que quelques-uns des colis n’ont pas encore été verrouillés, il les ouvre au hasard. Il s’enchante à leur vue. Il appelle la bonne hôtesse qui, toujours complaisante, s’approche. Il retire certains objets.


charlot

Cousine, voyez ! Croyez-vous que Perrine aimera ce bonnet bleu ? Ce bleu, c’est la couleur de ses yeux, vous savez. Oh ! ma belle Perrine à moi ! Et cette guimpe, et ces rubans, cousine !


la bonne hôtesse

Ta mignonne soeur sera un amour dans ces vêtements.


charlot

Et cette dentelle ? Mme de Cordé en sera contente, n’est-ce pas ? Elle en a déjà beaucoup de ces babioles. C’est une si grande dame. Mais je crois que celle-ci posée sur ses cheveux blancs lui plaira.

(Câlin.)

Laissez-moi vous l’essayer, cousine ?


la bonne hôtesse

Je ne suis pas une grande dame, Charlot, voyons !


charlot

Bah ! vous en serez une plus tard, cousine. Lorsque vous ferez un héritage, comme moi.


la bonne hôtesse, riant.

Merci, petit, de tes souhaits.

(Elle se pare de la dentelle.)

J’attends l’héritage, qu’on se dépêche !


charlot, ravi.

Vous ressemblez tout à fait à Mme de Cordé.