Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/256

Cette page a été validée par deux contributeurs.
256
Les aventures de Perrine et de Charlot

nadienne. Charlot n’entend plus, ne voit plus que vous. »


Mme de la peltrie, posant sa main sur la tête de Charlot.

Le cher enfant !… Demain, petit, il faut venir me voir au couvent de Sainte-Ursule. La distance d’ici au monastère, sera vite franchie en voiture.

(S’adressant à l’Hôtesse.)

Vous me l’amènerez n’est-ce pas, ma bonne dame ? Il faut qu’il fasse connaissance avec ses compagnes de voyage. Trois ursulines m’accompagnent au Canada : les Mères Marie de l’Incarnation, Bernard de Saint-Joseph et Cécile de Sainte-Croix. Puis de là, Charlot pourra se rendre chez les hospitalières de Dieppe. Trois religieuses de cette maison seront aussi du voyage. C’est Madame de Combalet, la future duchesse d’Aiguillon comme chacun sait, qui les envoie dans la Nouvelle-France, afin de fonder un hôtel-Dieu à Québec. Ah ! Monsieur le Chanoine, que ce sont de saintes âmes que ces religieuses ! Mais je crois que Mère Marie de l’Incarnation, une des ursulines, les dépasse toutes dans les voies de la perfection. Elle y court. Elle y vole. Quelle mystique admirable !


le chanoine

En effet, Madame. Je causais, hier, avec elle. J’en ai été ému jusqu’aux larmes.


Mme de la peltrie

La France perd en elle une suppliante de choix, une âme d’oraison et de prière. Mais s’en doute-t-on ?


le chanoine

Peut-être, Madame. Mais chez nous la géné-