Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/243

Cette page a été validée par deux contributeurs.
243
Les aventures de Perrine et de Charlot


l’aubergiste

Qu’y a-t-il pour votre service, ma chère dame ?


la bonne hôtesse

Je désire logement et couvert, aubergiste, pour moi et ce mioche. Je ne sais, par exemple, pour combien de temps je séjournerai ici.


l’aubergiste

Très bien, Madame. Vous aurez tout ce que vous désirez chez moi. La maison est remarquable. Vous verrez. Madame est de Paris, je vois cela à son langage. Et restez tant que le cœur vous en dira, ma chère dame.


la bonne hôtesse, riant.

Le cœur ? La bourse aussi, n’est-ce pas ? Dois-je payer d’avance, aubergiste ?


l’aubergiste, embarrassé.

Oui et non. C’est comme il vous plaira. J’ai confiance en Madame.


la bonne hôtesse, elle ouvre sa bourse et verse de la monnaie entre ses mains.

Il ne faut pas témoigner trop de confiance aux inconnus, aubergiste. Prenez ceci.


l’aubergiste, radieux.

Madame a raison. Hé ! hé ! ce n’est pas à tous que je parle comme à Madame. Je vois que Madame est une femme d’expérience. On la dirait presque du métier.


la bonne hôtesse, souriant.

Qui sait, aubergiste, vous êtes peut-être plus près de la vérité que vous ne croyez ! Allons, menez-moi à ma chambre. Je déjeunerai dans une heure.


l’aubergiste

C’est cela. Dans une heure, ma femme ira