Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/238

Cette page a été validée par deux contributeurs.
238
Les aventures de Perrine et de Charlot


la bonne hôtesse, toute joyeuse.

Il y en avait huit, dites-vous ? Huit ? C’est bien le nombre, oui, oui.


le vieil habitué

Comment, c’est bien le nombre ? Qu’en savez-vous, patronne ?


la bonne hôtesse, se mordant les lèvres.

C’est-à-dire que je… enfin que je ne sais plus ce que je dis tellement je suis heureuse de voir l’enfant entre bonnes mains. Il me plaisait tant ce petit ! Votre histoire, mon ami, savez-vous que vous devriez la raconter en commençant par la fin. C’est le moment le meilleur ! Vous m’avez fait languir.


le vieil habitué, hochant la tête.

Je ne pense pas ainsi. Ça ne me satisfait guère. Je voudrais connaître les nouveaux maîtres du petit sauvage. Je ne me fie pas du tout à ce Huron hypocrite. Du noir sur du blanc avec la crapule, c’est ma maxime, patronne.


la bonne hôtesse

Vous avez tort. L’enfant est heureux, vous dis-je. Je vous l’assure. J’en rendrais au besoin témoignage.

(Elle rit.)

le vieil habitué, la regardant narquoisement.

Êtes-vous drôle, patronne, êtes-vous drôle, ce soir ? Je ne vous ai jamais vue ainsi.


la bonne hôtesse

Bah ! je suis sans doute plus fatiguée que je ne crois. Ma vieille tête se brouille. Je me retire.

Elle s’éloigne. Le brave homme monologue