Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.
227
Les aventures de Perrine et de Charlot

À quoi donc ne consentirait-il pas ? Il se sent si heureux. La voix de la bonne hôtesse est réconfortante, si douce, et sûrement qu’il va dormir. Ses yeux déjà se ferment. À peine entend-il sa protectrice s’éloigner, puis revenir pour le couvrir d’une bonne flanelle chaude. Ah ! la clef a-t-elle tourné dans la serrure ? Oui… Oui !…

Et Charlot, dont la pauvre figure tachée de larmes, n’a plus aucune contraction, ne respire plus l’angoisse, succombe à sa lourde fatigue.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 15 crop).jpg