Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/177

Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
Les aventures de Perrine et de Charlot


marie rollet

Parce que, ma chérie, j’ai habité la terre d’Amérique avant toute autre ! Mon premier mari m’y a amené en 1606, en Acadie. Parce que, aussi, plus tard, cette maison fut le premier foyer véritable que l’on ait connu dans la Nouvelle-France. Tu comprendras mieux ces choses quand tu seras grande. Je suis fière de mon titre, très fière, enfant.

On se couvre de chaudes pelisses. On prend congé des pensionnaires du côteau Ste-Geneviève. Les Huronnes sourient aux fines et fraîches figures des enfants ! Et Marie Rollet en leur nom, obtient la promesse d’une nouvelle et prochaine visite.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 15 crop).jpg