Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/175

Cette page a été validée par deux contributeurs.
175
Les aventures de Perrine et de Charlot

Dominant son émotion Marie Rollet se lève, ouvre une porte à droite et les invite à la suivre.


marie rollet

Voyez cette pièce ! Ne vous semble-t-elle pas ainsi qu’un sanctuaire ? Ce bahut, sur lequel est dressée une chapelle, servit au retour des Français, en 1632, de pierre d’autel. Le père Le Jeune, au débarqué, me fit cet honneur de célébrer dans la maison du premier colon, la messe d’action de grâces. Enfants, il faut avoir assisté à cette émouvante cérémonie pour comprendre de quels soins religieux je dois entourer cette chambre ! Elle a été témoin d’une grande douceur de la Providence envers les miens, les vivants et les disparus !


perrine, embrassant Marie Rollet.

Madame Hubou, comme nous vous aimons ! C’est si beau ce que vous avez fait ! Vous avez veillé sur le Canada comme une maman sur un berceau.


charlot

Oui, et nous ferons comme vous, Madame. Nous ne quitterons jamais ce pays ! Car, c’est certain

(il redresse la tête.)
il faut qu’il y ait des Français, ici, il faut qu’il
(il cherche.)
y en ait jusqu’à la fin du monde n’est-ce pas, Perrine ?

marie rollet, souriant.

C’est peut-être long, petit. Mais nos découvreurs et nos missionnaires l’ont bien mérité.


tous les enfants

Et vous aussi, Madame Hubou.