Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/173

Cette page a été validée par deux contributeurs.
173
Les aventures de Perrine et de Charlot

nourriture quotidienne qu’une mince ration de pois cuits à l’eau. Et impossible de recevoir des secours de France !… Les Kertk, des huguenots français au service de l’Angleterre, s’emparaient des vaisseaux au passage. Puis, les petites mains se lèvent, se crispent de colère. C’est la capitulation de Québec, un an plus tard, que l’on raconte. Quoi ! Champlain si brave, si fier, qui aimait le Canada plus que tout au monde, devoir se rendre ainsi !… Hélas ! il fallut bien remettre les clefs du fort aux frères Kertk, par l’entremise de M. Olivier. Pour le moment les Français étaient les plus faibles. Cela ne devait pas durer. Cela ne dure jamais avec des Français ! La voix de Marie Rollet se fait grave et émue.


marie rollet

Mes chers petits, l’heure du départ sonne bientôt. Les vainqueurs vous le comprenez, ne veulent ni de M. de Champlain, ni des soldats, ni de nos missionnaires. On s’embarque en silence. Quelle tristesse !


charlot, vivement.

Mais vous êtes restée, vous, Madame ? M. Olivier m’a dit : « Mme Hubou n’a jamais quitté le Canada. C’est une belle et vraie canadienne, petit ! »


catherine de cordé, souriant de loin à Charlot.

Charlot, mon mignon, avec toi, au moins, les secrets aimables ne sont pas gardés.


marie rollet

Je suis demeurée ici, en effet, aux jours du malheur, avec mon gendre Guillaume Couillard, ma fille Guillemette, leurs enfants et mon jeune fils Guillaume. Quelques autres personnes, que notre exemple encouragea, prirent la même réso-