Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/171

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 17 crop).jpg

XX

Marie Rollet



Le père Le Jeune sur les derniers mots de Madame Le Gardeur quitte l’hospitalière maison de Marie Rollet avec les petits sauvages. Les autres s’attardent. Perrine s’exclame près de la large fenêtre, au fond de la maison. « Oh ! que la vue est belle d’ici ! Que nos yeux plongent au loin ! Charlot, vois là-bas, un tout petit, petit navire dans les glaces. »


marie rollet, s’approchant.

Un jour, mes enfants, il y a de cela bien longtemps, j’aperçus, moi aussi, un tout petit navire. Il venait vers nous. Nous étions au printemps. À sa vue, mon cœur pensa se briser de joie dans ma poitrine ! Ce tout petit navire nous apportait avec le drapeau blanc de France, la liberté et le bonheur. Le règne de l’Anglais prenait fin.


charlot

Comment ! les Anglais avaient pris le Canada, notre Canada à nous ? Oh !…


jean-baptiste de repentigny

Où donc ils étaient, Madame, les soldats du