Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 17 crop).jpg

XVIII

Et le temps passe…



Le surlendemain de la course s’effectue le départ pour Québec. M. de Montmagny se joint au groupe de MM. de Repentigny et de la Poterie. Les frêles embarcations glissent, rapides, sur le fleuve. La température se montre si favorable qu’elle permet aux voyageurs d’atteindre les rives de Québec en deux jours.

L’abbé de Saint-Sauveur, Perrine et Charlot, Julien l’idiot gravissent les premiers la dure falaise. Le coteau Ste-Geneviève et la maison de Jean Bourdon apparaissent bientôt. On hâte le pas. Charlot reprend sa place accoutumée sur les épaules de Julien.

Mais quelle n’est pas leur surprise de n’apercevoir personne sur le seuil de la maison pour leur souhaiter la bienvenue. On entre. Personne non plus dans la grande salle. L’abbé de Saint-Sauveur, inquiet, frappe au salon de Mme Le Gardeur. Enfin… l’on vient, la porte s’entr’ouvre, mais Catherine de Cordé, tout en les saluant d’un sourire, met un doigt sur sa bouche et leur impose silence. De plus en plus mystifiés, on suit la vieille dame. Et alors, qu’aperçoit-on près