Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/154

Cette page a été validée par deux contributeurs.
154
Les aventures de Perrine et de Charlot


jean-baptiste de repentigny

Le père Le Jeune l’a dit l’autre jour, tu le sais bien.


charlot

Et M. Olivier, hier, et Julien, ce matin. Ça fait beaucoup de monde, cela.


catherine de repentigny

Père le croit aussi. Il a dit à maman devant moi :

(Elle enfle sa voix.)

« Quel beau gentilhomme que ce Normanville ! Et c’est aussi modeste que brave, ma chère amie. »


anne du hérisson

Il parle bien ton papa quoiqu’il ait l’air un peu sévère.


catherine de repentigny

Tu es si poltronne, ma petite Anne. Père n’a pas l’air sévère du tout.


perrine

Marie, vous ne trouvez rien ?


marie de la poterie, secouant la tête.

C’est difficile. Il n’aimerait pas, vous pensez, des poupées, un ménage… ?


charlot, consterné.

Mais ça n’est pas une fille, M. de Normanville.


marie de la poterie, vexée.

Ça n’est pas un petit garçon, non plus. Alors pas de tambour, pas de rênes, pas de fouet non plus !


anne du hérisson

Que lui donner, alors ?