Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/147

Cette page a été validée par deux contributeurs.
147
Les aventures de Perrine et de Charlot


olivier le tardif

Certes !


jean nicolet

Quelques ruines même. Probablement celles d’une ancienne bourgade huronne. On en voit les vestiges sur l’emplacement du fort.


le père le jeune

Et fiez-vous à Nicolet ! Il assistait, aux côtés du sieur de la Violette à la fondation des Trois-Rivières, il y a deux ans.


jean nicolet, désignant Jean Godefroy.

Et cependant, à mon avis, le véritable fondateur des Trois-Rivières, c’est Jean Godefroy. Allons, pas de fausse modestie, mon ami, avouez, qu’un an avant cet événement, en 1633, vous étiez déjà installé sur votre terre, à quelques pas d’ici.


jean godefroy, riant.

Je ne nie rien. Seulement, je me suis installé, moi, uniquement moi, tandis que la Violette a installé officiellement un poste. Il y a tout de même une différence.


jean nicolet

Hum ! Discutable très discutable ce que vous dites là, Godefroy.

On se sépare sur ces mots. Marguerite Couillard s’attarde en arrière. Ses yeux s’emplissent de la douce vision : la maison où habite celui dont son cœur chante le nom. Sans cesse elle veut revoir cet intérieur très simple avec ses bahuts recouverts de cuir, ses chaises de bois, sa bibliothèque. Elle se souviendra du beau tableau de la Vierge fixé sur un pan du mur à droite, puis sur le pan de gauche des quatre images des saisons, d’une montre d’horloge garnie de ses rouages, d’une lunette à longue-vue…