Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/146

Cette page a été validée par deux contributeurs.
146
Les aventures de Perrine et de Charlot

Bien dit, Margot ! Le fait est que le Nouvelle-France nous tient, en peu de temps, fortement au cœur. Vous le constaterez, Messieurs. J’y veux vivre et mourir, quant à moi.


marguerite couillard, rose de plaisir.

Oh ! vivre, Jean, vivre seulement !


m. de repentingy, à Thomas Godefroy de Normanville.

Et cette course du 18 août ; elle a toujours lieu ?


thomas godefroy de normanville.

Mais oui.


le père le jeune

Nous y serons tous, jeune homme comptez-y.


jean-baptiste de repentigny

Et nous, M. de Normanville ?


godefroy de normanville.

Vous aussi, mes chers petits.

(Au Père Le Jeune.)

Vous ne redoutez pas ma défaite, père ?


le père le jeune

Vous êtes trop leste, trop dispos pour cela, mon ami.


godefroy de normanville.

Qui sait !

(Il hausse les épaules.)

olivier le tardif, à M. de Repentigny.

Ainsi, c’est entendu, demain nous admirons ensemble les curiosités de la place.


m. de la poterie, railleur.

Il s’en trouve, Olivier ?