Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/140

Cette page a été validée par deux contributeurs.
140
Les aventures de Perrine et de Charlot

1634 et 1635 ; — Le Secrétaire de la Cour ; — l’Horloge de dévotion ; — L’adresse pour vivre selon Dieu ; — Les éléments de logique ; — Deux livres de musique ; — Une vie des saints ; — L’histoire des Indes Occidentales… »


m. de repentingy

Mon cher Nicolet, vous ne manquez de rien au Canada. Voilà, ma foi, un excellent choix de livres.


jean nicolet

Les soirées d’hiver sont longues, cher Monsieur. Vous en jugerez bientôt vous-même. Alors, on se penche sur quelque bon traité.


le père le jeune

Et l’on écrit aussi. Tenez, voici les mémoires de ce jeune homme sur les Nipissiriniens. On veut bien me les confier.


olivier le tardif

Et le récit de votre expédition dans le Wisconsin, Nicolet, où est-il ce mémoire ?


jean nicolet, haussant les épaules.

Oh ! celui-là, les notes, Dieu merci, en ont été remises à Champlain ! Je n’y pense plus, Olivier.

Marguerite Couillard dont les yeux noirs, pleins de feu, ne quittent pas Jean Nicolet s’approche avec Marie-Madeleine de Repentigny. Marguerite Couillard forme un contraste piquant avec sa sœur, la timide et discrète Louise, qui cause un peu plus loin avec Marie Le Neuf, Jean et Thomas Godefroy. Marguerite est robuste, très élancée pour son âge. Elle est brune, vive, et s’exprime d’un petit air assuré. Marie-Madeleine de Repentigny a trouvé là une compagne chère à son cœur espiègle.

Marguerite Couillard, d’un ton qui s’adoucit,