Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/137

Cette page a été validée par deux contributeurs.
137
Les aventures de Perrine et de Charlot

glissent sur la grève, sont saisies par des mains empressées.

Le père Le Jeune et le gouverneur, M. de Chateaufort, s’avancent d’abord. Qu’ils sont heureux de serrer la main à tous ! Puis, voici Jacques Hertel, Adrien DuChesne, le chirurgien de l’Habitation, MM. de Malapart et de Maupertuis… Ah ! de la falaise, à gauche, qui donc accourent, lançant leurs chapeaux et criant : « bravo, bravo ! » Jean Nicolet et les inséparables frères et cousin Godefroy. Plus lentement descend aussi Michel Le Neuf du Hérisson tenant par la main sa petite fille, Anne. Des sauvages se rassemblent tout près, et manifestent leur joie de voir les Français si affectueux les uns envers les autres. Ils dansent et poussent des ho ! ho ! sans fin.


m. de repentingy, s’adressant au P. Le Jeune et à M. de Chateaufort.

Mon révérend père, Monsieur le gouverneur, quelle cordiale réception ! Merci, merci !


michel le neuf du hérisson, à sa mère et à sa sœur.

Quelle bonne pensée de venir voir si tôt mon installation. Allons venez vite, frayons le chemin.

(Se retournant et à haute voix.)

Il est entendu que M. et Mme de Repentigny, leurs enfants, mon ami la Poterie, sa femme et sa fillette trouveront place sous mon toit.

(Riant.)

Et aussi tous ceux qui le désireront. Il y a, certes, gîte pour tous chez nous.


jean nicolet, moqueur.

Mes félicitations, M. du Hérisson. Mais vous nous laisserez bien quelques invités ?