Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.
116
Les aventures de Perrine et de Charlot

Pourquoi pleurer ainsi, petit ? C’est indigne du soldat que tu seras demain.

Le jeune tambour lève la tête. Il regarde, surpris, un peu révolté, Jean Nicolet. Comment ! M. Nicolet ne comprend donc pas ce que c’est qu’une humiliation soufferte en présence des sauvages ! L’interprète se met à rire. Il devine.


jean nicolet

Allons, allons, console-toi. Redresse la tête. Tu es vif, mais fier, et l’on fera quelque chose de toi. Bah ! qui d’entre nous n’a pas été fouetté à ton âge ? Et l’on n’en devient pas moins brave, tu sais.

(Il lui donne l’accolade.)

Julien accourt en ce moment avec Perrine et Charlot. L’on entraîne le petit tambour dans la danse générale. Et la gaieté si naturelle à toute âme française, reparaît dans ses yeux.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 15 crop).jpg