Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Image 01 - Chapitre IV


CHAPITRE IV

LA VIE EST RUDE


Victor touchait à ses quinze ans.

Il avait poussé tout d’un coup, le petit pâlot, devenant un fort gars aux épaules larges, aux gestes tranquilles.

Depuis le temps qu’il naviguait sur la Belle-Nivernaise, il commençait à connaître son chemin comme un vieux marinier, nommant les bas-fonds, flairant les hauteurs d’eau, passant des manœuvres de la perche à celles du gouvernail.