Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Comment ça, mon pauvre Maugendre ?

— Je vais te le dire.

Sitôt marié, quand nous avons eu notre enfant, l’idée m’est venue d’envoyer ma femme à Paris, chercher une place de nourrice.

Ça rapporte gros, quand le mari a de l’ordre, et qu’il sait conduire sa maison tout seul.

Ma femme ne voulait pas se séparer de son moutard.

Elle me disait :

— Mais, mon homme, nous gagnons assez d’argent comme ça !

Le reste serait de l’argent maudit.

Il ne nous profiterait pas.

Laisse ces ressources-là aux pauvres ménages déjà chargés d’enfants, et épargne-moi le chagrin de vous quitter.

Je n’ai rien voulu écouter, Louveau, et je l’ai forcée à partir.

— Eh bien ?

— Eh bien, quand ma femme a eu trouvé une place, elle a donné son enfant à une vieille pour le ramener au pays.

Elle les a accompagnés au chemin de fer.

Depuis, on n’en a plus jamais entendu parler.

— Et ta femme, mon pauvre Maugendre ?

— Quand on lui a appris la nouvelle, ça a fait tourner son lait.