Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bras, avait tout juste le temps de compter les livraisons au passage.

Dans sa bonne volonté, François choisissait des madriers longs comme des mâts, épais comme des murs.

Quand la solive était trop lourde, il appelait l’Équipage à son secours, pour charger.


Image 07 - Chapitre II


L’Équipage, c’était un matelot à jambe de bois qui composait à lui tout seul le personnel de la Belle-Nivernaise.

On l’avait recueilli par charité et gardé par habitude.

L’invalide s’arc-boutait sur sa quille, ou soulevait la poutre avec de grands efforts, et Louveau, ployant sous