Ouvrir le menu principal

Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/233

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dont ils n’entendent pas un mot, les uns se lèvent quand les autres s’agenouillent, s’asseyent quand les autres sont debout ; et toutes les phases de ce singulier office se confondent sur les bancs dans une foule d’attitudes diverses. L’étoile de Noël en route dans les chemins du ciel, là-bas, vers la petite étable, pâlit d’épouvante en voyant cette confusion…

« L’abbé va trop vite… On ne peut pas suivre », murmure la vieille douairière en agitant sa coiffe avec égarement. Maître Arnoton, ses grandes lunettes d’acier sur le nez, cherche dans son paroissien où diantre on peut bien en être. Mais au fond, tous ces braves gens qui, eux aussi, pensent à réveillonner, ne sont pas fâchés que