Ouvrir le menu principal

Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de carrosses, de valets, de chaises à porteurs, toute claire du feu des torches et de la flambée des cuisines. On entendait le tintement des tournebroches, le fracas des casseroles, le choc des cristaux et de l’argenterie remués dans les apprêts d’un repas ; par là-dessus, une vapeur tiède, qui sentait bon les chairs rôties et les herbes fortes des sauces compliquées, faisait dire aux métayers, comme au bailli, comme à tout le monde :

« Quel bon réveillon nous allons faire après la messe ! »