Ouvrir le menu principal

Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Saint Pierre ne savait plus de quel bois faire flèche.

Vient à passer saint Luc.

— Qu’est-ce que tu as, mon pauvre Pierre ? Comme tu fais la lippe. Est-ce que Notre-Seigneur t’aurait encore saboulé ?

— Oh ! dit-il, mon homme, tais-toi. Il m’arrive un cas de la malédiction. Il y a un certain nommé Jarjaille qui est entré par surprise en Paradis, et je ne sais plus comment le mettre dehors.

— Et d’où est-il celui-là ?

— De Saint-Rémy.

— De Saint-Rémy ! dit saint Luc. Eh ! mon Dieu ! que tu es bon ! Pour le faire sortir ce n’est rien du tout… Écoute : Je suis, comme tu sais, l’ami des bœufs et le patron des bouviers ; à ce titre, je cours la Camargue, Arles, Nîmes, Beaucaire, Tarascon, et je connais tout ce brave peuple, et je sais comme il faut le prendre… Ces gens-là, vois-tu, sauteraient dans le feu pour voir une course de taureaux… Attends un peu. Je me charge de l’expédier, ton Jarjaille.

À ce moment passait par là un vol de petits anges tout joufflus.

— Petits ! leur fait saint Luc, pst ! pst !…

Les angelots descendent.

— Allez-vous en doucement dehors du Paradis, et quand vous serez devant la porte, vous passerez en cou-