Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le père Louveau est si enchanté qu’il n’en demande pas davantage.

Et tout le monde se met en route pour Clamecy, sans en savoir plus long.

Quelle joie, en arrivant au bord du canal !

Là, à quai, pavoisé du haut en bas, un magnifique bateau, flambant neuf, dresse son mât verni au milieu des verdures.


Image 44 - Chapitre V


On lui donne le dernier coup d’astic, et l’étambot, où le nom de l’embarcation est écrit, demeure couvert d’une toile grise.

Un cri sort de toutes les bouches :

— Ah ! le beau navire !

Louveau n’en croit pas ses yeux.

Il a une émotion de tous les diables qui lui picote les