Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du passé, un couple d’octogénaires, ne regardant plus qu’au loin derrière eux.

N’y a-t-il donc pas un avenir, qui pourrait bien être intéressant, lui aussi ?

Oui, il y a un avenir ; et l’on y pense souvent, si l’on n’en parle jamais.


Image 42 - Chapitre V


D’ailleurs, il n’est pas indispensable de faire des phrases pour causer. Certaine façon de se prendre la main et de rougir à tout propos en dit plus long que la parole.

Victor et Clara causent dans cette langue-là toute la journée.

C’est probablement pour cela qu’ils sont souvent silencieux.

Et c’est pour cela aussi que les jours passent si vite,