Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est fini. Le vieil arbre est fendu jusqu’à l’aubier. Le cœur de Maugendre est devenu tendre.

— Je te laisserai partir, mon gas.

Tu retourneras avec eux, tu navigueras encore.

Et ce sera trop bon pour moi de te voir quelquefois, en passant. »


Image 37 - Chapitre V


À présent, la cloche ne sonne plus les heures de la récréation, du réfectoire et de l’étude.

On est en vacances et le grand collège est désert.

Pas d’autre bruit que celui du jet d’eau dans la cour d’honneur et des moineaux piaillant sur les préaux.

Le roulement des rares voitures arrive lointain et assourdi, car on a mis de la paille dans la rue.

C’est au milieu de ce silence et de cette solitude que l’élève Maugendre revient à lui.

Il est tout surpris de se retrouver dans un lit bien