Page:Daubié - L'émancipation de la femme, 1871.pdf/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
L’ÉMANCIPATION DE LA FEMME


LE VOTE DES FEMMES EN ANGLETERRE[1]


DISCOURS DE Mme GROTE


Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs,

Une personne avancée en âge et infirme qui vient vous présenter quelques observations peut vous paraître plus téméraire que courageuse ; mais cette cause de progrès est digne d’un effort, devoir de reconnaissance envers notre zélé, notre infatigable et respectable comité et de félicitations pour le succès de notre œuvre. Je puis dire que nous sommes remplies d’espérance, mais, il faut l’avouer, nous n’aurions pas réussi à ce point sans l’assistance chevaleresque des hommes qui nous sont associés. Le sexe le plus fort est venu à notre aide et nous a donné un tel appui que je nous crois en réalité parvenues au but.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

… Jamais je ne me suis engagée dans une cause où mes sentiments fussent plus complétement secondés par ma raison que dans celle-ci. J’ai toujours senti que les arguments contre les franchises des femmes sont si faibles, si bornés, si inefficaces, que je m’étonne qu’on ait jamais pu les mettre en avant. Mais nous avons eu un avocat qui, bien qu’en jupe, a plaidé notre cause, non devant les tribunaux de la justice, mais devant le tribunal du sens commun ; cette plaidoirie, publiée par la Revue de Westminster, développe des arguments d’une clarté, d’une force et d’une étendue qui ne laissent pas prise à la réfutation.

  1. Rapport d’un meeting tenu à Londres par la Société nationale pour le suffrage des femmes.