Page:Darwin - La Descendance de l’homme, 1881.djvu/350

Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’une vessie transparente, et augmente la sonorité. M. Trimm m’apprend que, au cap de Bonne-Espérance, ces insectes font, pendant la nuit, un bruit effrayant.

Fig. 15. — Pneumora (d’après des spécimens au British Museum).
Figure supérieure, mâle ; figure inférieure, femelle.

Les femelles, dans les trois familles dont nous venons de parler, sont presque toujours privées d’un appareil musical. Il est, toutefois, quelques exceptions à cette règle, car le docteur Gruber a démontré que les deux sexes de l’Ephippiger vitium sont pourvus de cet appareil, bien que les organes du mâle diffèrent dans une certaine mesure de ceux de la femelle. Nous ne pouvons donc supposer qu’ils aient été transmis du mâle à la femelle, comme l’ont été les caractères sexuels secondaires chez tant d’autres animaux. Ils ont dû se développer de façon indépendante chez les deux sexes, qui, sans aucun doute, s’appellent réciproquement pendant la saison des amours. Chez la plupart des autres Locustes, sauf le Decticus d’après Landois, les femelles possèdent les rudiments des organes stridulants propres au mâle, qui les leur a probablement transmis.