Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.
64 de la variation à l’état de nature.  

plantes qu’on y trouve mentionnées comme espèces, mais qu’il considère comme douteuses à cause de leur analogie étroite avec d’autres espèces. Ces soixante-trois espèces s’étendent en moyenne sur 6.9 des provinces ou districts botaniques entre lesquels M. Watson a divisé la Grande-Bretagne. Dans ce même catalogue, on trouve cinquante-trois variétés reconnues s’étendant sur 7.7 de ces provinces, tandis que les espèces auxquelles se rattachent ces variétés s’étendent sur 14.3 provinces. Il résulte de ces chiffres que les variétés, reconnues comme telles, ont à peu près la même distribution restreinte que ces formes très voisines que M. Watson m’a indiquées comme espèces douteuses, mais qui sont universellement considérées par les botanistes anglais comme de bonnes et véritables espèces.

RÉSUMÉ.

En résumé, on ne peut distinguer les variétés des espèces que : 1º par la découverte de chaînons intermédiaires ; 2º par une certaine somme peu définie de différences qui existent entre les unes et les autres. En effet, si deux formes diffèrent très peu, on les classe ordinairement comme variétés, bien qu’on ne puisse pas directement les relier entre elles ; mais on ne saurait définir la somme des différences nécessaires pour donner à deux formes le rang d’espèces. Chez les genres présentant, dans un pays quelconque, un nombre d’espèces supérieur à la moyenne, les espèces présentent aussi une moyenne de variétés plus considérable. Chez les grands genres, les espèces sont souvent, quoique à un degré inégal, très voisines les unes des autres, et forment des petits groupes autour d’autres espèces. Les espèces très voisines ont ordinairement une distribution restreinte. Sous ces divers rapports, les espèces des grands genres présentent de fortes analogies avec les variétés. Or, il est facile de se rendre compte de ces analogies, si l’on part de ce principe que chaque espèce a existé d’abord comme variété, la variété étant l’origine de l’espèce ; ces analogies, au contraire, restent inexplicables si l’on admet que chaque espèce a été créée séparément.

Nous avons vu aussi que ce sont les espèces les plus floris-