Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/601

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  des principaux termes scientifiques. 583


Littoral. — Habitant le rivage de la mer.

Loess (Lehm). — Un dépôt marneux de formation récente (post-tertiaire) qui occupe une grande partie de la vallée du Rhin.

Malacostracés. — L’ordre supérieur des crustacés, comprenant les crabes ordinaires, les homards, les crevettes, etc., ainsi que les cloportes et les salicoques.

Mammifères. — La première classe des animaux, comprenant les quadrupèdes velus ordinaires, les baleines, et l’homme, caractérisée par la production de jeunes vivants, nourris après leur naissance par le lait des mamelles (glandes mammaires) de la mère. Une différence frappante dans le développement embryonnaire a conduit à la division de cette classe en deux grands groupes : dans l’un, quand l’embryon a atteint une certaine période, une connexion vasculaire, appelée placenta, se forme entre l’embryon et la mère ; dans l’autre groupe cette connexion manque, et les jeunes naissent dans un état très incomplet. Les premiers, comprenant la plus grande partie de la classe, sont appelés Mammifères placentaires ; les derniers, Mammifères aplacentaires, comprennent les marsupiaux et les monotrèmes (Ornithorhynques).

Mandibules, chez les insectes. — La première paire, ou paire supérieure de mâchoires, qui sont généralement des organes solides, cornés et mordants. Chez les oiseaux ce terme est appliqué aux deux mâchoires avec leurs enveloppes cornées. Chez les quadrupèdes les mandibules sont représentées par la mâchoire inférieure.

Marsupiaux. — Un ordre de mammifères chez lesquels les petits naissent dans un état très incomplet de développement et sont portés par la mère, pendant l’allaitement, dans une poche ventrale (marsupium), tels que chez les kangourous, les sarigues, etc. — Voir Mammifères.

Maxillaires, chez les insectes. — La seconde paire ou paire inférieure de mâchoires, qui sont composées de plusieurs articulations et pourvues d’appendices particuliers, appelés palpes ou antennes.

Mélanisme. — L’opposé de l’albinisme, développement anormal de matière colorante foncée dans la peau et ses appendices.

Moelle épinière. — La portion centrale du système nerveux chez les vertébrés, qui descend du cerveau à travers les arcs des vertèbres et distribue presque tous les nerfs aux divers organes du corps.

Mollusques. — Une des grandes divisions du règne animal, comprenant les animaux à corps mou, généralement pourvus d’une coquille, et chez lesquels les ganglions ou centres nerveux ne présentent pas d’arrangement général défini. Ils sont généralement connus sous la dénomination de moules et de coquillages ; la seiche, les escargots et les colimaçons communs, les coquilles, les huîtres, les moules et les peignes en sont des exemples.

Monocotylédonées ou Plantes monocotylédones. — Plantes chez lesquelles la semence ne produit qu’une seule feuille à semence (ou cotylédon), caractérisées par l’absence des couches consécutives de bois dans la tige (croissance endogène). On les reconnaît par les nervures des feuilles qui sont généralement droites et par la composition des fleurs qui sont généralement des multiples de trois. (Exemples : les graminées, les lis, les orchidées, les palmiers, etc.)

Moraines. — Les accumulations des fragments de rochers entraînés dans les vallées par les glaciers.