Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/534

Cette page a été validée par deux contributeurs.
516 Affinités mutuelles des êtres organisés.  


La théorie de la sélection naturelle nous permet, jusqu’à un certain point, de répondre à ces questions. Nous n’avons pas à considérer ici comment les corps de quelques animaux se sont primitivement divisés en séries de segments, ou en côtés droit et gauche, avec des organes correspondants, car ces questions dépassent presque la limite de toute investigation. Il est cependant probable que quelques conformations en séries sont le résultat d’une multiplication de cellules par division, entraînant la multiplication des parties qui proviennent de ces cellules. Il nous suffit, pour le but que nous nous proposons, de nous rappeler la remarque faite par Owen, c’est-à-dire qu’une répétition indéfinie de parties ou d’organes constitue le trait caractéristique de toutes les formes inférieures et peu spécialisées. L’ancêtre inconnu des vertébrés devait donc avoir beaucoup de vertèbres, celui des articulés beaucoup de segments, et celui des végétaux à fleurs de nombreuses feuilles disposées en une ou plusieurs spires ; nous avons aussi vu précédemment que les organes souvent répétés sont essentiellement aptes à varier, non seulement par le nombre, mais aussi par la forme. Par conséquent, leur présence en quantité considérable et leur grande variabilité ont naturellement fourni les matériaux nécessaires à leur adaptation aux buts les plus divers, tout en conservant, en général, par suite de la force héréditaire, des traces distinctes de leur ressemblance originelle ou fondamentale. Ils doivent conserver d’autant plus cette ressemblance que les variations fournissant la base de leur modification subséquente à l’aide de la sélection naturelle, tendent dès l’abord à être semblables ; les parties, à leur état précoce, se ressemblant et étant soumises presque aux mêmes conditions. Ces parties plus ou moins modifiées seraient sérialement homologues, à moins que leur origine commune ne fût entièrement obscurcie.

Bien qu’on puisse aisément démontrer dans la grande classe des mollusques l’homologie des parties chez des espèces distinctes, on ne peut signaler que peu d’homologies sériales telles que les valves des chitons ; c’est-à-dire que nous pouvons rarement affirmer l’homologie de telle partie du corps avec telle autre partie du même individu. Ce fait n’a rien de surprenant ; chez les mollusques, en effet, même parmi les re-