Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/428

Cette page a été validée par deux contributeurs.
410 Succession géologique des êtres organisés.  


Le fait que certains genres présentent une exception à la règle ne saurait invalider l’assertion que toute faune d’une époque quelconque est, dans son ensemble, intermédiaire entre celle qui la précède et celle qui la suit. Par exemple, le docteur Falconer a classé en deux séries les mastodontes et les éléphants : l’une, d’après leurs affinités mutuelles ; l’autre, d’après l’époque de leur existence ; or, ces deux séries ne concordent pas. Les espèces qui présentent des caractères extrêmes ne sont ni les plus anciennes ni les plus récentes, et celles qui sont intermédiaires par leurs caractères ne le sont pas par l’époque où elles ont vécu. Mais, dans ce cas comme dans d’autres cas analogues, en supposant pour un instant que nous possédions les preuves du moment exact de l’apparition et de la disparition de l’espèce, ce qui n’est certainement pas, nous n’avons aucune raison pour supposer que les formes successivement produites se perpétuent nécessairement pendant des temps égaux. Une forme très ancienne peut parfois persister beaucoup plus longtemps qu’une forme produite postérieurement autre part, surtout quand il s’agit de formes terrestres habitant des districts séparés. Comparons, par exemple, les petites choses aux grandes : si l’on disposait en série, d’après leurs affinités, toutes les races vivantes et éteintes du pigeon domestique, cet arrangement ne concorderait nullement avec l’ordre de leur production, et encore moins avec celui de leur extinction. En effet, la souche parente, le biset, existe encore, et une foule de variétés comprises entre le biset et le messager se sont éteintes ; les messagers, qui ont des caractères extrêmes sous le rapport de la longueur du bec, ont une origine plus ancienne que les culbutants à bec court, qui se trouvent sous ce rapport à l’autre extrémité de la série.

Tous les paléontologistes ont constaté que les fossiles de deux formations consécutives sont beaucoup plus étroitement alliés que les fossiles de formations très éloignées ; ce fait confirme l’assertion précédemment formulée du caractère intermédiaire, jusqu’à un certain point, des restes organiques qui sont conservés dans une formation intermédiaire. Pictet en donne un exemple bien connu, c’est-à-dire la ressemblance générale qu’on constate chez les fossiles contenus dans les divers étages de la