Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/294

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE VIII

Instinct.

Les instincts peuvent se comparer aux habitudes, mais ils ont une origine différente. — Gradation des instincts. — Fourmis et pucerons. — Variabilité des instincts. — Instincts domestiques ; leur origine. — Instincts naturels du coucou, de l’autruche et des abeilles parasites. — Instinct esclavagiste des fourmis. — L’abeille ; son instinct constructeur. — Les changements d’instinct et de conformation ne sont pas nécessairement simultanés. — Difficultés de la théorie de la sélection naturelle appliquée aux instincts. — Insectes neutres ou stériles. — Résumé.

Beaucoup d’instincts sont si étonnants que leur développement paraîtra sans doute au lecteur une difficulté suffisante pour renverser toute ma théorie. Je commence par constater que je n’ai pas plus l’intention de rechercher l’origine des facultés mentales que celles de la vie. Nous n’avons, en effet, à nous occuper que des diversités de l’instinct et des autres facultés mentales chez les animaux de la même classe.

Je n’essayerai pas de définir l’instinct. Il serait aisé de démontrer qu’on comprend ordinairement sous ce terme plusieurs actes intellectuels distincts ; mais chacun sait ce que l’on entend lorsque l’on dit que c’est l’instinct qui pousse le coucou à émigrer et à déposer ses œufs dans les nids d’autres oiseaux. On regarde ordinairement comme instinctif un acte accompli par un animal, surtout lorsqu’il est jeune et sans expérience, ou un acte accompli par beaucoup d’individus, de la même manière, sans qu’ils sachent en prévoir le but, alors que nous ne pourrions accomplir ce même acte qu’à l’aide de la réflexion et de la pratique. Mais je pourrais démontrer qu’aucun de ces caractères de l’instinct n’est universel, et que, selon l’expression de Pierre Huber, on peut constater fréquemment, même chez les êtres peu élevés dans l’échelle de la nature, l’intervention d’une certaine dose de jugement ou de raison.

Frédéric Cuvier, et plusieurs des anciens métaphysiciens, ont comparé l’instinct à l’habitude, comparaison qui, à mon avis, donne une notion exacte de l’état mental qui préside à l’exécu-