Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/205

Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Rareté des transitions. 187


1° Parce que les nouvelles variétés se forment très lentement. La variation, en effet, suit une marche très lente et la sélection naturelle ne peut rien jusqu’à ce qu’il se présente des différences ou des variations individuelles favorables, et jusqu’à ce qu’il se trouve, dans l’économie naturelle de la région, une place que puissent mieux remplir quelques-uns de ses habitants modifiés. Or, ces places nouvelles ne se produisent qu’en vertu de changements climatériques très lents, ou à la suite de l’immigration accidentelle de nouveaux habitants, ou peut-être et dans une mesure plus large, parce que, quelques-uns des anciens habitants s’étant lentement modifiés, les anciennes et les nouvelles formes ainsi produites agissent et réagissent les unes sur les autres. Il en résulte que, dans toutes les régions et à toutes les époques, nous ne devons rencontrer que peu d’espèces présentant de légères modifications, permanentes jusqu’à un certain point ; or, cela est certainement le cas.

2° Parce que des surfaces aujourd’hui continues ont dû, à une époque comparativement récente, exister comme parties isolées sur lesquelles beaucoup de formes, plus particulièrement parmi les classes errantes et celles qui s’accouplent pour chaque portée, ont pu devenir assez distinctes pour être regardées comme des espèces représentatives. Dans ce cas, les variétés intermédiaires qui reliaient les espèces représentatives à la souche commune ont dû autrefois exister dans chacune de ces stations isolées ; mais ces chaînons ont été exterminés par la sélection naturelle, de telle sorte qu’ils ne se trouvent plus à l’état vivant.

3° Lorsque deux ou plusieurs variétés se sont formées dans différentes parties d’une surface strictement continue, il est probable que des variétés intermédiaires se sont formées en même temps dans les zones intermédiaires ; mais la durée de ces espèces a dû être d’ordinaire fort courte. Ces variétés intermédiaires, en effet, pour les raisons que nous avons déjà données (raisons tirées principalement de ce que nous savons sur la distribution actuelle d’espèces très voisines, ou espèces représentatives, ainsi que de celle des variétés reconnues), existent dans les zones intermédiaires en plus petit nombre que les variétés qu’elles relient les unes aux autres. Cette cause seule suffirait à exposer les variétés