Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/150

Cette page a été validée par deux contributeurs.
132 La sélection naturelle.  

principalement entre les groupes les plus riches qui essayent tous de se multiplier. Un groupe riche l’emporte lentement sur un autre groupe considérable, le réduit en nombre et diminue ainsi ses chances de variation et de perfectionnement. Dans un même groupe considérable, les sous-groupes les plus récents et les plus perfectionnés, augmentant sans cesse, s’emparant à à chaque instant de nouvelles places dans l’économie de la nature, tendent constamment aussi à supplanter et à détruire les sous-groupes les plus anciens et les moins perfectionnés Enfin, les groupes et les sous-groupes peu nombreux et vaincus finissent par disparaître.

Si nous portons les yeux sur l’avenir, nous pouvons prédire que les groupes d’êtres organisés qui sont aujourd’hui riches et dominants, qui ne sont pas encore entamés, c’est-à-dire qui n’ont pas souffert encore la moindre extinction, doivent continuer à augmenter en nombre pendant de longues périodes. Mais quels groupes finiront par prévaloir ? C’est là ce que personne ne peut prévoir, car nous savons que beaucoup de groupes, autrefois très développés, sont aujourd’hui éteints. Si l’on s’occupe d’un avenir encore plus éloigné, on peut prédire que, grâce à l’augmentation continue et régulière des plus grands groupes, une foule de petits groupes doivent disparaître complètement sans laisser de descendants modifiés, et qu’en conséquence, bien peu d’espèces vivant à une époque quelconque doivent avoir des descendants après un laps de temps considérable. J’aurai à revenir sur ce point dans le chapitre sur la classification ; mais je puis ajouter que, selon notre théorie, fort peu d’espèces très anciennes doivent avoir des représentants à l’époque actuelle ; or, comme tous les descendants de la même espèce forment une classe, il est facile de comprendre comment il se fait qu’il y ait si peu de classes dans chaque division principale du royaume animal et du royaume végétal. Bien que peu des espèces les plus anciennes aient laissé des descendants modifiés, cependant, à d’anciennes périodes géologiques, la terre a pu être presque aussi peuplée qu’elle l’est aujourd’hui d’espèces appartenant à beaucoup de genres, de familles, d’ordres et de classes.