Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.

des espèces déjà existantes. Or, si quelqu’une de ces nombreuses espèces se modifie et se perfectionne, d’autres doivent se perfectionner aussi dans la même proportion, sinon elles disparaîtraient fatalement. En outre, chaque forme nouvelle, dès qu’elle s’est beaucoup perfectionnée, peut se répandre dans une région ouverte et continue, et se trouve ainsi en concurrence avec beaucoup d’autres formes. Les grandes régions, bien qu’aujourd’hui continues, ont dû souvent, grâce à d’anciennes oscillations de niveau, exister antérieurement à un état fractionné, de telle sorte que les bons effets de l’isolement ont pu se produire aussi dans une certaine mesure. En résumé, je conclus que, bien que les petites régions isolées soient, sous quelques rapports, très favorables à la production de nouvelles espèces, les grandes régions doivent cependant favoriser des modifications plus rapides, et qu’en outre, ce qui est plus important, les nouvelles formes produites dans de grandes régions, ayant déjà remporté la victoire sur de nombreux concurrents, sont celles qui prennent l’extension la plus rapide et qui engendrent un plus grand nombre de variétés et d’espèces nouvelles. Ce sont donc celles qui jouent le rôle le plus important dans l’histoire constamment changeante du monde organisé.

Ce principe nous aide, peut-être, à comprendre quelques faits sur lesquels nous aurons à revenir dans notre chapitre sur la distribution géographique ; par exemple, le fait que les productions du petit continent australien disparaissent actuellement devant celles du grand continent européo-asiatique. C’est pourquoi aussi les productions continentales se sont acclimatées partout et en si grand nombre dans les îles. Dans une petite île, la lutte pour l’existence a dû être moins ardente, et, par conséquent, les modifications et les extinctions moins importantes. Ceci nous explique pourquoi la flore de Madère, ainsi que le fait remarquer Oswald Heer, ressemble, dans une certaine mesure, à la flore éteinte de l’époque tertiaire en Europe. La totalité de la superficie de tous les bassins d’eau douce ne forme qu’une petite étendue en comparaison de celle des terres et des mers. En conséquence, la concurrence, chez les productions d’eau douce, a dû être moins vive que partout ailleurs ; les nouvelles formes ont dû se produire plus lentement, les anciennes formes s’éteindre plus