Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.

l’être de fleur en fleur sur le même arbre ; or, on ne peut considérer que dans un sens très limité les fleurs du même arbre comme des individus distincts. Je crois que cette objection a une certaine valeur, mais la nature y a suffisamment pourvu en donnant aux arbres une forte tendance à produire des fleurs à sexes séparés. Or, quand les sexes sont séparés, bien que le même arbre puisse produire des fleurs mâles et des fleurs femelles, il faut que le pollen soit régulièrement transporté d’une fleur à une autre, et ce transport offre une chance de plus pour que le pollen passe accidentellement d’un arbre à un autre. J’ai constaté que, dans nos contrées, les arbres appartenant à tous les ordres ont les sexes plus souvent séparés que toutes les autres plantes. À ma demande, le docteur Hooker a bien voulu dresser la liste des arbres de la Nouvelle-Zélande, et le docteur Asa Gray celle des arbres des États-Unis ; les résultats ont été tels que je les avais prévus. D’autre part, le docteur Hooker m’a informé que cette règle ne s’applique pas à l’Australie ; mais, si la plupart des arbres australiens sont dichogames, le même effet se produit que s’ils portaient des fleurs à sexes séparés. Je n’ai fait ces quelques remarques sur les arbres que pour appeler l’attention sur ce sujet.

Examinons brièvement ce qui se passe chez les animaux. Plusieurs espèces terrestres sont hermaphrodites, telles, par exemple, que les mollusques terrestres et les vers de terre ; tous néanmoins s’accouplent. Jusqu’à présent, je n’ai pas encore rencontré un seul animal terrestre qui puisse se féconder lui-même. Ce fait remarquable, qui contraste si vivement avec ce qui se passe chez les plantes terrestres, s’explique facilement par l’hypothèse de la nécessité d’un croisement accidentel ; car, en raison de la nature de l’élément fécondant, il n’y a pas, chez l’animal terrestre, de moyens analogues à l’action des insectes et du vent sur les plantes, qui puissent amener un croisement accidentel sans la coopération de deux individus. Chez les animaux aquatiques, il y a, au contraire, beaucoup d’hermaphrodites qui se fécondent eux-mêmes, mais ici les courants offrent un moyen facile de croisements accidentels. Après de nombreuses recherches, faites conjointement avec une des plus hautes et des plus compétentes autorités, le professeur Huxley, il m’a été impossible de découvrir,