Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/121

Cette page a été validée par deux contributeurs.

à la base du tube. La différence de la longueur des corolles dans les deux espèces de trèfle doit être insignifiante ; cependant, elle suffit pour décider les abeilles à visiter une fleur plutôt que l’autre. On a affirmé, en outre, que les abeilles visitent les fleurs du trèfle rouge de la seconde récolte qui sont un peu plus petites. Je ne sais pas si cette assertion est fondée ; je ne sais pas non plus si une autre assertion, récemment publiée, est plus fondée, c’est-à-dire que l’abeille de Ligurie, que l’on considère ordinairement comme une simple variété de l’abeille domestique commune, et qui se croise souvent avec elle, peut atteindre et sucer le nectar du trèfle rouge. Quoi qu’il en soit, il serait très avantageux pour l’abeille domestique, dans un pays où abonde cette espèce de trèfle, d’avoir une trompe un peu plus longue ou différemment construite. D’autre part, comme la fécondité de cette espèce de trèfle dépend absolument de la visite des bourdons, il serait très avantageux pour la plante, si les bourdons devenaient rares dans un pays, d’avoir une corolle plus courte ou plus profondément divisée, pour que l’abeille puisse en sucer les fleurs. On peut comprendre ainsi comment il se fait qu’une fleur et un insecte puissent lentement, soit simultanément, soit l’un après l’autre, se modifier et s’adapter mutuellement de la manière la plus parfaite, par la conservation continue de tous les individus présentant de légères déviations de structure avantageuses pour l’un et pour l’autre.

Je sais bien que cette doctrine de la sélection naturelle, basée sur des exemples analogues à ceux que je viens de citer, peut soulever les objections qu’on avait d’abord opposées aux magnifiques hypothèses de sir Charles Lyell, lorsqu’il a voulu expliquer les transformations géologiques par l’action des causes actuelles. Toutefois, il est rare qu’on cherche aujourd’hui à traiter d’insignifiantes les causes que nous voyons encore en action sous nos yeux, quand on les emploie à expliquer l’excavation des plus profondes vallées ou la formation de longues lignes de dunes intérieures. La sélection naturelle n’agit que par la conservation et l’accumulation de petites modifications héréditaires, dont chacune est profitable à l’individu conservé : or, de même que la géologie moderne, quand il s’agit d’expliquer l’excavation d’une profonde vallée, renonce à invoquer l’hypothèse d’une seule