Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.

rendre utile à la communauté, à condition toutefois que la communauté profite du changement. Mais ce que la sélection naturelle ne saurait faire, c’est de modifier la structure d’une espèce sans lui procurer aucun avantage propre et seulement au bénéfice d’une autre espèce. Or, quoique les ouvrages sur l’histoire naturelle rapportent parfois de semblables faits, je n’en ai pas trouvé un seul qui puisse soutenir l’examen. La sélection naturelle peut modifier profondément une conformation qui ne serait très utile qu’une fois pendant la vie d’un animal, si elle est importante pour lui. Telles sont, par exemple, les grandes mâchoires que possèdent certains insectes et qu’ils emploient exclusivement pour ouvrir leurs cocons, ou l’extrémité cornée du bec des jeunes oiseaux qui les aide à briser l’œuf pour en sortir. On affirme que, chez les meilleures espèces de pigeons culbutants à bec court, il périt dans l’œuf plus de petits qu’il n’en peut sortir ; aussi les amateurs surveillent-ils le moment de l’éclosion pour secourir les petits s’il en est besoin. Or, si la nature voulait produire un pigeon à bec très court pour l’avantage de cet oiseau, la modification serait très lente et la sélection la plus rigoureuse se ferait dans l’œuf, et ceux-là seuls survivraient qui auraient le bec assez fort, car tous ceux à bec faible périraient inévitablement ; ou bien encore, la sélection naturelle agirait pour produire des coquilles plus minces, se cassant plus facilement, car l’épaisseur de la coquille est sujette à la variabilité comme toutes les autres structures.

Il est peut-être bon de faire remarquer ici qu’il doit y avoir, pour tous les êtres, de grandes destructions accidentelles qui n’ont que peu ou pas d’influence sur l’action de la sélection naturelle. Par exemple, beaucoup d’œufs ou de graines sont détruits chaque année ; or, la sélection naturelle ne peut les modifier qu’autant qu’ils varient de façon à échapper aux attaques de leurs ennemis. Cependant, beaucoup de ces œufs ou de ces graines auraient pu, s’ils n’avaient pas été détruits, produire des individus mieux adaptés aux conditions ambiantes qu’aucun de ceux qui ont survécu. En outre, un grand nombre d’animaux ou de plantes adultes, qu’ils soient ou non les mieux adaptés aux conditions ambiantes, doivent annuellement périr, en raison de causes accidentelles, qui ne seraient en aucune façon mitigées