Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


nime des réprobations, qu’à courber la tête comme un coupable démasqué.

S’il lui reste au fond du cœur quelque chose de ce qui constitue un Français, il doit faire d’amères réflexions.


Le remords doit hanter vos nuits, M. Descaves. Comme les petits soldats du magnifique tableau de Detaille regardent passer en rêve les grandes ombres glorieuses des aïeux, qui, la face auréolée de gloire, agitent d’illustres drapeaux, vous devez voir, dans vos sommeils troublés de cauchemars, les spectres des héros que vous avez insultés, tendre vers votre front des bras accusateurs !


Par toutes leurs blessures béantes, ils crient vengeance contre vous.

Puissiez-vous, rentrant enfin en vous même, faire amende honorable ; et, si vous ne brisez pas votre plume, après en avoir fait une arme empoisonnée, l’employer maintenant à cicatriser les plaies qu’elle a ouvertes.