Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/61

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Toutes les concessions qu’on peut accorder à la thèse de M. Descaves, elles ont été énumérées par la plume trop impartiale peut-être de M. Edmond Lepelletier.

« Tous nos sous-officiers, écrivait-il dans l’Écho de Paris du 15 décembre 1889, ne sont pas des anges. Il est parmi eux, comme partout, des souteneurs, des hypocrites, des lâches, des débauchés, des filous et des Alphonses. Ils sortent de la société, les sous-offs, avant de sortir du rang.

« Mais tous des misérables, des gibiers de lupanar, en attendant qu’ils deviennent gibier de bagne ou de peloton, allons donc !