Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/54

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tudes du livre, jamais nous ne nous serions permis de reproduire cette abominable scène !


Page 88 :

Dans une maison publique :

« Des femmes sur les genoux ou collées aux flancs, buvant, chantant et fumant, dans une atmosphère de luxure et d’ivresse, des soldats… »

Des soldats ! M. Descaves ne les a jamais vus que dans un lieu infâme. Il ignore donc ce que c’est qu’un champ de bataille ?


Page 90 :

Une fille parle à un sous-officier :

« Justement mes amies n’ont personne ; elles voudraient bien un petit homme comme toi, bien gentil, et qui les aimerait bien. Vrai, je fais des jalouses. »

Cette fille n’avait donc pas vu les deux sardines d’or ?