Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.


semblaient provenir du pillage d’une chambre de fille. »

C’est clair, cela. L’accusation est précise ! Sans une citation textuelle, on ne l’eut pas cru.


Page 64 :

« Nous dînons tous les dimanches au restaurant. Elle me donne son porte-monnaie avant d’entrer et je le lui rends en sortant, après avoir payé… par exemple, des cadeaux utiles toujours… »

Cela soulève le cœur.


Page 84 :

« Aucun choix n’était possible. Ils empoignèrent au hasard les femmes, la mère et la fille côte à côte, les renversèrent sur eux toujours assis…

« Favières exulta lorsque ses approches fourragères eurent pressenti Généreuse à l’indulgent accès d’un praticable estuaire. »

Sans le devoir de révéler tout entières les turpi-